Zélium redécolle

Banniere_Article_A_l_abordage

Vous le pensiez cramé, foutu, oublié ? Héhé… Raté ! Le Zélium n°13 est prêt à décoller.

Il faut dire que le Zeppelin plane sans carburant: pour le faire voler, il faut pédaler, et fort ! Journal décroissant à la qualité croissante, Zélium ne tourne pas au pétrole et ne manque pas d’idées…
Ce dernier mois, nous avons travaillé dare-dare pour que ce nouveau numéro puisse voir le jour. On a attaqué son chemin de fer avec diligence, le visage masqué par les nuées de fumée, les mains armées de crayons et de godets sans fond.

C’est un Zélium reformulé que vous pourrez découvrir dès la mi-septembre, dans un format plus pratique (a4), désormais entièrement articulé autour d’un sujet précis. Pour ce treizième numéro, c’est le thème de la finance qui est décliné sur 28 pages de dessins, d’articles de fond et de chroniques, réalisés par une trentaine de dessinateurs et une quinzaine de journalistes et de chroniqueurs… Le sujet tombe à pic: en septembre, nous « fêterons » les 5 ans de la crise de 2008, et si la relance économique n’est pas prête d’arriver, il était temps de relancer notre canard ! En espérant qu’il se soit hissé hors de portée, d’ici à la saison de la chasse, des chevrotines de nos banquiers.

En parlant de flouze, un autre changement: Zélium ne sera plus distribué dans les kiosques, du moins pour un moment, car si notre canard a de belles plumes, elles restent fragiles. Pour l’avoir, ce bel objet rare, il vous faudra le vouloir ! Mais rien de plus facile. Il vous suffira de vous abonner, cas idéal pour notre survie, ou bien encore de commander individuellement le numéro que vous voudrez. En attendant, il est d’ores et déjà possible de précommander le numéro 13 via le site du journal.

Flavien M.

Les plumes et les crayons à retrouver dans ce treizième numéro (cliquez ici pour accéder au communiqué du journal):
Journalistes :  Jérôme Bonnet, Olivier Bonnet, Nicolas de La Casinière, Rodion Romanovitch Fierolnikov, Jipé, Olivier Marbot
Chroniqueurs : Noël Godin, Hénin-Liétard, Sushina Lagouje, Dr Lichic, Étienne Liebig, Maël Nonet, Nikus Pokus, Serge Prince, TGD
Dessinateurs : Aurel, Bar, Bedrossian, Berth, Besse, Rémy Cattelain, Nicolas de La Casinière, Chimulus, Clé, Coco, Decressac, Flavien, Gab, Giemsi, Glez, ÏoO, Lacase, Lardon, Large, Mo/Cdm, Mutio, Mykaïa, Pakman, Rifo, Sergio, Sondron, Soulcié, Troud

Publicités

4 réflexions sur “Zélium redécolle

  1. Voilà une nouvelle bien réjouissante qui va de pair avec le soleil qui se lève de plus en plus rarement. Z’allez jouer les rayons dardés à sa place, bien piquer où qu’y faut ! Bravo !
    Mais cela dit, c’est vrai que l’oubli commençait à pointer, et en pétanque sablée, les tirs commençaient à manquer…
    Combien de temps cette drôle d’aventure va-t-elle durer (je parle là de Zélium, non de la domination sadomasochiste de la finance et des pouvoirs en cravate sombre) ?…
    Avez-vous tenté de trouver des gauchistes anar avec assez de pognon pour faire mécène (ça serait un gigantesque paradoxe un peu dégueulasse, mais toujours mieux que perdre complètement son intégrité avec actionnaires et publicités -y compris pour des Libé, hein Charlie ?- ou de couler et finir en épave à 30 neurones le numéro dans dix ans… Une certaine classe, c’est la totale das le grenier ou la cave d’un grand-parent.) ?…
    Parce-que, si les lecteurs suffisent pas (et c’est malheureusement bien probable), que y aura-t-il à accepter ? La mort kamikaze, ou avec les honneurs de la censure, ou « autre chose » ?…

    • Sûr que les lecteurs potentiels ne manquent pas pour ce qu’on fait avec Zélium. Mais il faut les trouver, nous faire connaître auprès d’eux. Comme on n’a pas de pognon pour nous faire de la pub, et comme la presse et les médias ne fonctionnent pas vraiment sur l’entraide gratis, on essaie d’être présents le plus possible dans les festivals pour être au contact du public. Depuis le création du journal, il y a deux ans, on a cherché notre identité, on a changé de modèle, on a évolué, et si on ressort une nouvelle formule aujourd’hui c’est bien parce qu’elle nous semble plus efficace, mieux construite et plus sûre. Nous ne sommes plus distribués en kiosque, certes, mais nous allons prendre le temps de nous stabiliser, en comptant sur les quelques milliers de lecteurs qui nous connaissent déjà et nous apprécient. Façon « an 01 », « on fait un pas de côté et on réfléchit ». Quant au mécénat, c’est notre lectorat! Nous avons quelques poignées de lecteurs militants qui font connaître le journal, et plus on en aura mieux ce sera. Comme le dit un ami, on préfèrera toujours une poignée de main à une poignée de fric. C’est un pari fou, aujourd’hui, que de vouloir faire tourner un journal de ce type. Mais deux ans plus tard, on y croit toujours. Si autant d’excellents auteurs acceptent d’y contribuer gratuitement, c’est bien parce qu’ils bénéficient ainsi d’un espace d’expression unique, qu’ils s’y retrouvent artistiquement, politiquement et humainement. Reste à le crier sur les toits et à être patients pour que les lecteurs suivent… et que l’on puisse rémunérer les contributeurs comme ils le méritent. Le bénévolat et l’économie « fil-de-rasoir » n’est pas un but en soi, et si nous sommes bien forcés de voir les choses sur le moyen ou le long-terme, nous comptons bien imposer l’originalité de notre patte et sortir de la galère à perpèt’.
      On tient le coup, on n’abandonne rien, et on trinque au déclin du vieux monde!

  2. Une résolution : à chacun de mes mêles, y compris « professionnels », j’inscrirais le mot de Zélium, tout en haut et tout en bas et au milieu, en très gros très gras. La curiosité n’ayant pas d’adeptes inexistants, qui sait, peut-être quelques-uns de plus…
    Continuez bien d’être libres au moins dedans et de nous faire marrer en couleurs, jaune, noir ou rose !…

    Péhèsse : la première nouvelle Une me fait fait penser à une de quand Wolinski était encore rigolo et que Charlie Hebdo n’était pas ce qu’il est, de plus ou moins de mémoire ça fait : « Giscard fait la pute » et le phylactère « encore trois ans et j’achète un bar ». Renouer avec l’Esprit ancien, plein de sagesses, quand on avait pas le trou bouché… Encore bravo, et bien sûr, une mer et des scies, très classiquement.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s